21 février 2009

Ces licornes qu'on effleure*

     Je ne me permets pas le plus souvent de commettre tel ou tel dégagement, tel glissement de présence. Ca me rend mal à l’aise plus que ca me fait sourire.

     Si toutefois il m’arrive par mégarde de pousser au changement les choses qui m’entourent, je fais un pas en arrière en m’excusant puis je saute par la fenêtre.

   Seulement parfois, il n’y a pas de fenêtre… Celle-ci est inexistante. Cela même si je tente d’en créer une ; aussitôt elle disparaît. Alors je me retire las dans la forêt la plus proche et j’y cherche l’amour.

     Sans amour voyez-vous, je disparais moi aussi.




* La Maladie d'Amour, J-L Bergheaud


Posté par Nazcadri à 22:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Ces licornes qu'on effleure*

Nouveau commentaire