22 février 2009

Détresses Intérieures

Elle se penche et s’appuie sur le rebord de la fenêtre. Apercevant les traits translucides de son visage elle peut voir le fonds de son âme. Cela la met mal à l’aise, elle n’est pas bien. Perdue dans la vie, dans sa propre histoire, les événements s’enchainent et la dépassent. Elle imagine toujours l’issue la plus heureuse et la plus simple mais elle a tant de mal à y arriver.

Pourtant elle peut tout. Elle a tout. Mais elle ne voit rien. Dans le reflet de ses yeux trop clairs elle distingue seulement des perles liquides qui s’étendent. Elle ne distingue plus la fin du rêve du début du cauchemar ou inversement. Aurait-elle déjà trop marché ? Tous les secrets qu’elle porte en elle seraient-ils si lourds ? Alors elle se crée des images qui lui semblent tellement impossibles à atteindre. Elle se voit contempler un océan disparu il n’y a pas si longtemps, elle se voit marcher dans la ville tellement belle autrefois. S’y voit-elle seule ou mal accompagnée ? Qu’importe elle est là et elle pleure. Moi je suis là aussi. Je vois tant de choses perdues, tant de rêves inachevés. Seulement mon regard s’affaibli toujours de plus en plus et bientôt va s’éteindre. Je crois qu’il se rallumera. Oui je le crois. Et là une nouvelle existence m’apparaitra. Et elle sera loin. Et elle quittera l’hiver. Et elle sera heureuse.

Et elle…


Posté par Nazcadri à 22:17 - Commentaires [2] - Permalien [#]


Commentaires sur Détresses Intérieures

    *

    J'adore ce texte mon cher goupil, mais tu le savais déjà!

    Posté par Aurore, 24 février 2009 à 10:33 | | Répondre
  • ***

    Le plus beau commentaire que je peux faire concernant tes photos : bohème à en mourir!
    Elles sont merveilleuses, j'en suis complètement fan!

    Posté par Aurore, 27 février 2009 à 00:33 | | Répondre
Nouveau commentaire